fbpx
    • Je souhaite recevoir les dernières informations et nouveautés sur La fin des Irin.

      Volume

      Deux

      « La fiction est un voile tissé de vérité. »

      De nombreux lieux, événements et personnages, ont pour source des documents historiques authentiques qui sont mis en partage dans le Codex, avec des extraits au bas de chaque page.

      Cliquer sur l'image pour voir en pleine résolution

      [ARTICLE 3420 DU CODEX : MITHRAEUM DE LONDRES]

      Sous la City de Londres serpente la rivière souterraine Walbrook, la source d’eau douce des Romains. Un temple romain dédié à Sarapis se trouve dans les sous-sols de Bucklersbury House, entre des canalisations, en face de la Banque d’Angleterre. Il n’a été redécouvert qu’en 1954.

      Cliquer sur l'image pour voir en pleine résolution

      [ARTICLE 3420 DU CODEX : MITHRAEUM DE LONDRES]

      A l’intérieur du temple, une statue de Mercure, le guide de l’âme des morts, et une de Sarapis, avec son panier à grains de résurrection sur la tête. Il est écrit, en latin, sur une plaque : « Pour le salut de nos maîtres et du noble César, et pour le dieu Mithra, le Soleil invaincu de l’est à l’ouest ».

      Cliquer sur l'image pour voir en pleine résolution
      Cliquer sur l'image pour voir en pleine résolution

      [ARTICLE 3200 DU CODEX : SIWA]

      Le roi de Perse Cambyse, fils de Cyrus le Grand, en voulait à l’oracle de Siwa, qui avait prédit l’échec de ses conquêtes en Afrique. En 524 av. J.-C., il leva une armée à Louxor afin d’anéantir ce dernier, mais elle disparut sans laisser de traces, ensevelie dans la mer de sable. Maintenant qu’Alexandre le Grand avait vaincu les Perses, c’était à son tour de vouloir consulter l’oracle.

       

      Alexandre entendait se faire confirmer qu’il descendait bien de Zeus ou d’Amon-Rê.
      Quittant la côte, lui et sa cohorte de 400 cavaliers bifurquèrent dans un désert dépourvu de point d’eau. Sans repères pour les guider, ils finirent par se perdre. Pendant trois jours, ils suivirent des oiseaux en vol, espérant qu’ils les mèneraient à la fameuse oasis.

      Cliquer sur l'image pour voir en pleine résolution

      [ARTICLE 3200 DU CODEX : SIWA]

      Après avoir traversé la grande mer de sable, dans le désert de l’ouest égyptien, à 500km de Memphis – aujourd’hui Le Caire, Alexandre finit par arriver à l’oasis en repérant des chèvres. Sur la petite colline d’Aghurmi se trouvait une nécropole et c’est ici que résidait le fameux oracle d’Ammon.

      [ARTICLE 5110 DU CODEX : ALEXANDRE LE GRAND]

      Il y avait dans l’assistance deux des plus fidèles amis et généraux d’Alexandre : Ptolémée, futur roi d’Égypte et Héphaestion, amant d’Alexandre. A Troie, Héphaestion et Alexandre avaient fait une offrande commune à Achille et Patrocle, ce que l’oracle de Siwa n’autorisa pas.

      Cliquer sur l'image pour voir en pleine résolution

      [ARTICLE 3200 DU CODEX : SIWA]

      Olympias, la mère d’Alexandre, lui avait raconté qu’il avait été conçu au moment où un éclair de Zeus avait pénétré ses entrailles. L’oracle confirma qu’Alexandre descendait bien d’AmonRê, nom égyptien de Zeus, et qu’à ce titre, il était le chef légitime de l’Égypte. Dès lors, Alexandre évoqua Zeus Ammon comme son véritable père.

      Cliquer sur l'image pour voir en pleine résolution

      [ARTICLE 3201 DU CODEX : LOUXOR]

      Louxor était la capitale religieuse de l’Égypte réunifiée. On y trouvait les temples de Karnak, dédiés au dieu Amon, et, à partir de 1 400 av. J.-C., au dieu Amon-Rê (Marduk). Alexandre cherchait à ce que les nombreux rois des cités d’Égypte et d’ailleurs lui affirment leur allégeance.

      [ARTICLE 3201 DU CODEX : LES MAISONS]

      Alexandre cherchait à obtenir une légitimité en épousant des veuves-clés – des descendantes de Marduk – dans les régimes qu’il soumettait et remplaçait. La mère d’Alexandre appartenait à la maison des Molosses, descendants de Déidamie et du demi-dieu Achille. Cyrus le Grand à la maison des Achéménides.

      Cliquer sur l'image pour voir en pleine résolution

      [ARTICLE 5145 DU CODEX : NABUCHODONOSOR II]

      La capitale de Nabuchodonosor était Babylone et l’ancien ensemble de l’Etemenanki le foyer du dieu Marduk. Nabuchodonosor reconstruisit le grand temple d’Esagil et la Voie processionnelle pour les festivités en l’honneur de Marduk. Une route de 21 m de large allait de la résidence de Marduk jusqu’à la porte d’Ishtar. Les murs de 15 m de haut, qui empêchaient les gens de rentrer, étaient décorés d’animaux en or.

       

      Il organisa une Bakhat Nasar, ce qui signifie « Vainqueur du destin » ou « Dieu l’a fait» : les dirigeants locaux affirmaient leur allégeance à un « Roi des Rois », dieu vivant descendant directement des dieux antiques. Lors de la cérémonie de 590 av. J.-C., on accusa certains Juifs de vénérer d’autres dieux au lieu d’honorer le nom de Marduk. Nabuchodonosor assiégea Jérusalem, tortura et tua le roi Sédécias et ses fils, avant d’ordonner la destruction complète du temple de Salomon.

      Cliquer sur l'image pour voir en pleine résolution

      [ARTICLE 1015 DU CODEX: LA CORNE D’ABONDANCE]

      La grande corne cassée de Daniel, la corne d’abondance, ou le Saint Graal, signifie prospérité et immortalité pour ceux qui la portent à leurs lèvres. Perdue dans un labyrinthe de symbolique, la corne a été brisée sur la tête d’une chèvre enchantée par Zeus enfant dans la mythologie grecque. Pour les Romains, le dieu fleuve Achéloüs l’a perdue en se disputant une femme avec Hercule. Dans l’iconographie chrétienne, la corne d’abondance a été remplacée par la coupe dans laquelle Jésus but lors de la Cène.

       

      Nouvelles pages disponibles mercredi prochain !

      Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir l’alerte et d’autres contenus exclusifs.

      Cliquer sur l'image pour voir en pleine résolution

      Cliquez sur “SUIVANT” pour lire la suite !